Le plan de travail: Travailler en autonomie

Le plan de travail est une forme de travail en autonomie

Une organisation spéciale: le plan de travail

Vous avez surement déjà entendu parler de plan de travail. Si vous ne savez pas ce que c’est mais que cela vous intéresse tout de même, lisez l’article !

Qu’est-ce qu’un plan de travail ?

Je vous propose de lire la définition faite par Sylvain Connac :

« Support aux activités personnalisées dans la classe, à destination de chaque élève, le plan de travail est un document à partir duquel élève et enseignant s’entendent sur un parcours d’apprentissages résultant de la combinaison entre les choix de l’élève, ses capacités, les ressources de la classe, les obligations scolaires définies par l’enseignant. En fin de semaine, un bilan est effectué́ avec l’enseignant ; il détermine en partie le plan de travail suivant. »

Plus simplement le plan de travail est une sorte de contrat issu de la pédagogie Freinet. Il est conclu entre vous et l’élève sur le travail à réaliser en un temps imparti.

La mise en place des plans de travail

Je me lance à la rentrée dans les plans de travail, je n’ai donc pas la science infuse, mais je vais vous dire comment je vais le mettre en œuvre dans ma classe.

Dans ma classe, le plan de travail ne concernera que le français et les mathématiques et durera une semaine. Il pourrait cependant concerner bien plus de domaines. Certains collègues font durer leur plan de travail plus longtemps. C’est à vous de voir ! Le français sera fait en commun avec la méthode Picot mais les maths seront différenciées. Ainsi, lorsque je serais avec un niveau en mathématiques, l’autre niveau sera en plan de travail. Il y a donc des créneaux dédiés sur mon emploi du temps pour chaque niveau.

Chaque début de semaine et ce dès la première semaine d’école, je vais distribuer une fiche de plan de travail à mes élèves. Dans un premier temps, il sera uniquement différencié entre les CE2 et les CM1. Sur ce plan de travail sera indiqué les choses à faire en autonomie au cours de la semaine. Il peut s’agir de manipulation, d’exercices d’entrainement, d’application, de la copie, révisions de la dictée, poésie etc. Ils seront collés dans le cahier du jour, mais vous pouvez aussi prévoir un cahier ou un classeur dédié. L’enfant aura une case à lui, lui permettant de valider son travail. Cela me permet de voir d’un clin d’œil où en est l’élève.

Le plan de travail nécessite de la projection. Il faut être capable de voir plusieurs semaines à l’avance là où on veut arriver sans quoi, je pense que l’on peut être rapidement submergé. Pour ma part, les plans de travail (PDT) incluront la préparation de la dictée de la semaine suivante. Il faut donc impérativement que mes dictées soient préparées.

Différencier et évaluer les plans de travail

Au fil des semaines, je vais aussi différencier les PDT à l’intérieur d’un même niveau. La différenciation interviendra alors soit dans le type d’exercices soit dans le nombre d’exercices demandés. Pour cette deuxième possibilité, j’indiquerais par une étoile les exercices à réaliser obligatoirement. Les autres pourront être fait si l’élève a tout terminé.

Plan de travail en autonomie

Au départ, si l’élève n’a pas terminé son PDT je ne ferais que lui rappeler notre contrat. A moi d’ajuster ensuite si cela se répète trop souvent. Cela peut me faire me remettre en question ou m’amener à me questionner face à l’élève.

L’évaluation ne sera pas toujours possible puisque comme je vous l’ai indiqué avant il peut y avoir des ateliers autocorrectifs. La notion ne sera donc peut-être pas évaluée cette semaine précisément mais le sera peut-être la semaine d’après avec un autre type d’exercices. Pour les corrections, cela ne me demandera pas (à priori) plus de travail qu’en temps normal. La seule différence est que les exercices réalisées dans le cahier de jour ne seront pas tous les mêmes selon les enfants.

Une organisation adaptée aux enfants les moins autonomes

Les PDT demandent quand même une grande autonomie de la part des élèves surtout dans ma manière de fonctionner. Il va falloir qu’ils s’entraident silencieusement s’ils ne comprennent pas quelque chose car je serais avec l’autre groupe. Cela nécessite également de la prise de décision et de la mise au travail. Les premiers temps les élèves peuvent se dire ça va, j’ai le temps » mais vont vite se rendre compte qu’il faut travailler tout le temps même s’ils ont le droit de choisir par quoi ils vont commencer.

Aussi, si vos élèves ont peu d’autonomie, il va falloir les guider. Il est possible de mettre l’ordre dans lequel vous souhaitez que les activités soient réalisées. Vous pouvez aussi imaginer leur indiqué les activités à faire à un moment donné mais cela s’éloigne un peu du plan de travail. Par contre, il peut permettre à l’élève de gagner en autonomie. Vous pouvez aussi imaginer donner l’opportunité à l’élève de choisir l’activité par laquelle il souhaite commencer et lui imposer les autres. Il y a plein de manières de différencier et de rendre vos élèves autonomes.

Le plan de travail a sa place en maternelle

En maternelle, il est également possible de mettre en place le PDT. Il s’agira davantage pour l’enfant de choisir son activité de la journée. Il pourra donc choisir l’activité plusieurs fois et sera simplement guidé par l’enseignant pour choisir les autres également. Si 5 ateliers sont possibles et que le plan de travail dure deux semaines par exemple, l’élève peut choisir 2 fois chaque atelier ou bien choisir 5 fois un atelier et une fois seulement les autres. L’essentiel étant qu’il soit passé à chaque atelier dans l’ordre qui l’importe.

Les consignes doivent être réalisées à l’aide de pictogrammes pour ne pas vous faire envahir de questions. Même si vous avez une ATSEM, vous avez bien d’autres choses à faire, à observer que de répondre 10 fois à la même question. Il est possible aussi en début de période de PDT, en langage des différents ateliers. On peut questionner les élèves sur ce dont il va être question et expliciter la consigne. Les pictogrammes seront là pour rappeler à l’élève s’il a oublié. Cela leur permettra donc de travailler en autonomie.

Vous l’aurez compris, il existe différentes manières d’utiliser le plan de travail. Si vous l’utilisez, comment le mettez-vous en place dans votre classe? Si vous ne l’utilisez pas, est-ce que cela vous tente?

5 COMMENTAIRES

  1. Bonjour,
    Je vais avoir une classe de CE2 / CM1 à la rentrée après cinq années en TPS/PS/MS. Cela fait beaucoup de changements.
    Je m’informe sur les plans de travail car je souhaite les mettre en place dans ma classe mais j’avoue que ce n’est pas facile de se lancer. Il y a tellement de questions qu’on se pose!
    Je vais utiliser en maths la méthode Heuristique (MHM) et en étude de la langue la méthode de Mme Picot avec “La grammaire au jour le jour”. Je pense piocher dans ces deux méthodes tout ce qui peut être fait en autonomie, et ensuite rajouter un travail en lecture, en copie, préparation de dictée, recherche en sciences (pour mes CM1 qui ont plus d’heures de sciences).
    Il me reste à formaliser tout cela (et ce n’est pas une mince affaire).
    Merci de partager tes réflexions, cela aide beaucoup.
    Stéphanie

    • Ma classe :: CE2,CM1
  2. Bonjour ,
    Je vais le mettre en place cette année avec mes GS. Je suis encore dans la phase ” comprendre le fonctionnement et comment le mettre en place “.
    Merci pour cet article qui m’a beaucoup aidé.
    Violeta

    • Ma classe :: GS
  3. Merci beaucoup pour tes précieux conseils.
    Je suis un peu perdue cette année. J’ai appris mon niveau de classe quelques jours avant la rentrée donc je n’avais rien préparé (ou presque).
    Je vais appliquer dès demain.
    Merci encore.

    • Ma classe :: CE2,CM1
  4. bonjour,
    ton article m’intéresse beaucoup. est-ce que tu pourrais nous montrer un exemple de plan de travail, que je me fasse une idée de la mise en page, du type d’exercice que tu proposes ? Un grand merci !

    • Ma classe :: CE2,CM1,CM2
    • Bonjour Nathalie,

      Pour la mise en page, tu as deux photos dans l’article. Il s’agit en fait d’une A4 avec une partie français et une partie mathématiques.
      Je ne leur mets que le domaine et l’exercice associé. Par exemple: Vocabulaire –> Fiche sur les synonymes.
      Dans la classe, j’ai des bacs à courrier dans lesquels chaque lundi, je mets les documents nécessaires. Ils peuvent donc faire leur plan de travail comme ils veulent.

      Pour exemple, mes CM1 avaient cette semaine: Réaliser le pixel art de ton choix, une fiche sur le présent des verbes en -er, du calcul posé, une fiche sur les conversions de durées, une fiche de dictée (toutes les semaines), une fiche sur les noms.

    REPONDRE

    Entrez votre commentaire !
    Entrez votre nom ici