Bilan de mon année de stagiaire (PES)

Bilan d'une année de stagiaire (PES) de l'éducation nationale.

Une première année mitigée!

Être PES, c’est devoir s’adapter en permanence! S’adapter aux recommandations de l’ESPE, aux recommandations de sa tutrice, à sa binôme, aux élèves. Je vous raconte un peu mon ressenti face à cette première année et vous propose mon bilan.

Niveau organisation

Mon année de stage s’est déroulée dans une petite école primaire de campagne de 4 classes. Je n’avais jamais fait de stage en maternelle et je me suis retrouvée confronté à 30 enfants entre 2 ans et demi et 6 ans.

Toute l’année, j’ai malheureusement été très mal organisée. L’organisation spatiale de la classe ne me convenait pas et je n’ai pas eu la possibilité de changer cela. Il n’y avait par exemple aucun endroit où les élèves pouvaient poser leur travaux lorsqu’ils avaient terminé, aucun appareil photo permettant de prendre les productions… Du coup, je me sentais à chaque fin d’atelier surmenée quand je vérifiais que chacun avait fait ce que je lui avais demandé. Les élèves qui avaient une fiche, les mettaient en vrac sur mon bureau et je me retrouvais donc chaque soir à rentrer à la maison avec mes fiches à trier.

J’ai ensuite tenté d’instaurer le tri des travaux dans deux barquettes différentes. Une barquette pour les travaux terminés et une pour les travaux non terminés. Cependant, vu que les élèves n’avaient pas l’habitude de ce fonctionnement et que ma collègue n’utilisait pas cette méthode, les élèves se trompaient souvent de barquette. Le seul avantage a été de désencombrer mon bureau.

Niveau évaluation

En ce qui concerne les compétences à évaluer, cela a été très compliqué pour moi. Alors qu’à l’ESPE, on nous disait de se partager les compétences à évaluer, ma binôme ne le souhaitait pas. Elle ne m’a même pas indiqué où se trouvait les livrets et je n’ai pas pu voir ce qu’il restait à évaluer pour les MS et les GS. Du coup, changement de tactique aussi pour la seconde période. Avec la directrice, nous avions convenu qu’il fallait que ma binôme et moi même nous partagions les compétences à évaluer. Cela ne devait pas empêcher l’autre de travailler sur la compétence de l’autre mais de ne pas l’évaluer. Cependant, les relations avec ma binôme, ont fait que malheureusement les compétences n’ont pas été partagées. Lorsque j’avais donc prévu d’évaluer, je ne savais jamais si elle l’avait fait ou non.

Les cahiers

Non titulaire, je n’avais pas pu décider des cahiers ou du matériel pour la classe. A coté du classique cahier de vie, nous avions également un cahier du bonhomme, un cahier de graphisme, un abécédaire, un cahier de liaison. Tous les cahiers ne servaient pas à tout le monde et j’ai eu du mal à m’y faire.

Pour l’abécédaire, je choisissais les lettres que j’allais faire pendant la période suivante pour pouvoir réfléchir mais aussi être sûre que la lettre ne soit pas déjà faite par ma binôme.

Pour le cahier de graphisme, destiné aux moyens, j’arrivais plus ou moins à m’en sortir et à compléter au fur et à mesure. Puisque nous ne faisions pas les mêmes graphismes ma collège et moi-même, cela n’a pas posé de gros soucis.

Niveau apprentissages

Pendant quelques mois, j’avais l’impression de ne rien apprendre aux élèves. Mon organisation personnelle se reflétait dans les apprentissages que je demandais aux élèves. Le triple niveau m’a souvent pesé car je ne savais pas quelle organisation choisir. Groupes de besoin où les PS/MS/GS étaient mélangés selon leur avancé? Groupes de niveaux?

J’ai finalement opté pour des groupes de besoin. Il se pouvait alors que des moyens se retrouvent à faire des activités de petits ou de grands, que des petits fassent l’activité des moyens ou encore que des grands fassent l’activité des moyens. Un même élève pouvait très bien se retrouver dans son niveau pour une compétence, dans un niveau moins élevé pour une autre et dans un niveau plus élevé pour une autre compétence encore. Le travail était donc adapté à eux.

Les habitudes de classe

Le gouter

J’ai eu du mal à respecter les horaires: une fois je sortais en retard, une fois je sortais en avance, et de temps en temps j’arrivais à sortir à l’heure!

Ce qui a été le plus embêtant est le goûter. Placé en plein milieu de la matinée, il prenait beaucoup de temps. Dans cette école, chaque parent s’inscrivait pour ramener un gouter à l’ensemble de la classe. Il y avait donc des journées où le gouter était céréales + lait, un autre où c’était fruits frais, un autre fromage à tartiner et pain etc. Imaginez-vous préparer le gouter pour 30 enfants qui attendent sur leurs chaises? Heureusement que j’avais une super ATSEM! Malheureusement, les habitudes sont prises et je n’ai rien pu faire pour changer les choses.

Les chaussons

La deuxième chose qui m’embêtait était l’habitude de classe qui consistait à mettre des chaussons pour venir en classe. L’idée étant que nous allions en salle de motricité et qu’il ne fallait pas la salir. Cependant, les enfants ne savaient pas tous mettre leurs chaussures et au moment de la récréation cela devenait très pénible! Comme j’avais estimé que la salle de motricité était dangereuse pour mes élèves, j’ai pris la décision en cours d’année de ne plus leur mettre les chaussons le matin. Ce choix ne convenait pas à ma binôme, mais ne dérangeait pas mon ATSEM qui s’occupait également du ménage de la classe. A un moment, il faut s’imposer et faire des choix.

La première visite de ma tutrice m’a fait un bien fou: elle a reconnu mon travail et mon investissement. Tout au long de l’année, elle a su me redonner courage lorsque j’avais des moments de doutes et d’incertitudes. Si vous avez la chance de tomber sur une tutrice qui s’investit pleinement, n’hésitez pas à la contacter! Elle vous sera d’une grande aide.

Bilan, mon année a été éprouvante mais je ne regrette rien si ce n’est de ne pas m’être imposée davantage dès le début face à ma binôme. Mais les choses sont faites, la fin d’année a été éprouvante. Les remerciements des parents ont fait chaud au coeur, leurs larmes aussi. La fin d’une aventure en maternelle pour moi, puisqu’une nouvelle aventure en poste fractionné en CE1, CE2 et CM2 m’attendait!

3 COMMENTAIRES

  1. Si tu savais comme ton bilan me rassure, j’aurai pu l’écrire je crois :)! Je suis EFS et j’ai exactement les mêmes soucis que toi niveau organisation!
    Courage pour la période 2, on devrait s’améliorer 🙂

    • Bonjour, merci je n’ai pas su m’imposer auprès de mon binôme, pour ne pas faire souffrir nos élèves. Je n’ai pas réussis à valider cette année et je recommence une année de PES. J’espère pouvoir travailler en collaboration cette fois.

      • Ma classe :: CE1
      • Bonjour,

        J’espère que ça ira mieux pour toi! Heureusement, ma tutrice terrain et la directrice étaient de mon côté et me soutenait!
        Bon courage à toi!

      REPONDRE

      Entrez votre commentaire !
      Entrez votre nom ici