Comprendre et aider les enfants dys dans nos classes

Comprendre et aider les enfants DYS dans nos classes!

Aujourd’hui, nous allons parler des troubles DYS et plus particulièrement de la dyslexie.

Que sont les troubles DYS ?

Il existe plusieurs troubles que l’on regroupe sous « troubles DYS » afin de parler des troubles cognitifs qui induisent des difficultés d’apprentissage.

Le terme générique DYS regroupe la dyslexie, la dysorthographie, la dyscalculie, la dysgraphie, la dyspraxie et la dysphasie.

La dyslexie et la dysorthographie

Selon l’OMS (organisation mondiale de la santé), la dyslexie est un trouble spécifique de la lecture. Il s’agit d’un trouble persistant de l’acquisition du langage écrit caractérisé par de grandes difficultés dans l’acquisition et dans l’automatisation des mécanismes nécessaires à la maitrise de l’écrit (lecture, écriture, orthographe).

La dyslexie touche environ 8 à 10% des enfants. Si je fais moi-même le calcul, elle pourrait toucher environ 2 élèves de ma classe.

On ne peut parler de dyslexie qu’après deux années de retard d’apprentissage de la lecture. Un diagnostic de dyslexie ne pourra donc pas être posé avant la fin du CE1. Un diagnostic posé pendant les vacances, avant l’entrée au CE2, serait parfait pour commencer la remédiation le plus tôt possible.

La dysorthographie découle généralement de la dyslexie. Cependant, il existe également des cas isolés de dysorthographiques qui ne sont pas dyslexiques.

Les enfants présentent des problèmes d’encodage, des erreurs de copie, des économies de syllabes, des découpages arbitraires des mots, des omissions et des mots soudés. Les enfants dysorthographiques présentent les troubles suivants :

  • Des difficultés de transcription phonologique : associer un graphème à un son
  • Des confusions au niveau du contrôle sémantique : confondent les homophones et procèdent à un découpage anarchique des mots
  • Une incapacité à assimiler les règles grammaticales et syntaxiques.
  • Des difficultés à mémoriser et à se représenter visuellement les lettres et les mots, d’où un lexique orthographique pauvre

L’élève dysorthographique présentera sans doute une lenteur d’exécution, des hésitations et ses productions seront pauvres.

En tant qu’enseignants, nous ne pouvons qu’orienter les parents et ne surtout pas poser de diagnostic. Il est important de les rassurer et de ne pas les effrayer. Ainsi, nous pourrons proposer aux parents d’effectuer un test auditif ou visuel et ensuite un bilan orthophonique qui nous permettra de mieux comprendre et de mieux appréhender les difficultés de leur enfant.

La dyscalculie

La dyscalculie est un trouble du développement qui s’accompagne de troubles sévères dans les apprentissages numériques. Ce trouble ne s’accompagne pas d’atteintes organiques, ni de troubles envahissants du développement. Les enfants dyscalculies peinent à traiter les nombres : ils peinent donc à les écrire, à les comparer, à les décomposer etc. Ils peinent également à mémoriser les tables (additions, soustraction, multiplication etc.), à calculer mais surtout ils peinent à comprendre ce qu’est un nombre.

La dyspraxie

La dyspraxie est un trouble du mouvement qui se caractérise par une incapacité totale ou partielle d’exécuter des gestes volontairement ou de manière automatique. Elle touche 3 à 6% des enfants.

La dysgraphie

La dysgraphie peut découler d’une dyspraxie mais pas seulement. Il s’agit d’un trouble fonctionnel qui rend difficile l’acquisition et l’exécution de l’écriture. La dysgraphie touche 10% des enfants. Il y a notamment des absences d’automatismes dans les gestes graphiques, de la déficience de codage orthographique et la non maitrise de la posture des doigts pendant l’écriture. Ce trouble a donc évidemment un impact sur la forme des lettres, sur leur tracé et sur leur liaison.

La dysphasie

Il s’agit d’un trouble structurel de l’apprentissage avec un déficit important au niveau de la communication orale et verbale.

Aider les enfants dyslexiques

La dyslexie regroupe plusieurs troubles :

  • La dyslexie visuo-attentionnelle : difficultés d’orientation des yeux et du déplacement attentionnel. Réduction de l’empan visuo-attentionnel
  • La dyslexie phonologique : difficultés de perception des phonèmes proches et des segments subphonémiques
  • La dyslexie phono-visuelle : combinaison des deux premières

Pour aider nos  élèves, il existe de nombreux champs d’actions ou accompagnements possibles :

  • Pratiquer d’autres formes de dictées :
    • A trous
    • Fautives : plusieurs propositions d’orthographe pour un même mot
  • Donner des dictées plus courtes
  • Utiliser l’ordinateur avec un correcteur orthographique ou un logiciel de prédiction de mots (libre office, dicom, donner la parole ou medialexie).
  • Donner des consignes simples.
  • Segmenter les consignes si l’activité comporte plusieurs étapes.
  • Interroger à l’oral afin de supprimer l’écrit.
  • Ne pas donner à lire des textes trop longs.
  • Ne pas demander à l’enfant de lire devant toute la classe.
  • Permettre la lecture avec le doigt ou avec une fenêtre spéciale.
  • Utiliser des documents sur fond transparent. Éviter les images en arrière-plan.
  • Augmenter les espaces entre les caractères, les mots, les lignes et les paragraphes (1,5 pt) et éviter les césures et les alinéas.
  • Utiliser des polices dites sans sérif (arial, comic sans MS, tahoma, verdana, century gothic, calibri, lucida, trebuchet MS, trebuchet) ou une police adaptée comme OpenDyslexic (gratuite) ou Dyslexxiefont (payante)
  • Ne pas écrire uniquement en majuscule, ni en italique, ni souligné.
  • Préférer une mise en page portrait que paysage.
  • Ne pas centrer ou justifier le texte.
  • Éviter de faire du recto-verso
  • Utiliser des livres qui existent en version DYS et en version classique

 

 

 

 

 

 

Pour ce dernier point, je voulais vous présenter Magali C. Janke que j’ai eu la chance de rencontrer grâce à ce blog !  Auteure jeunesse, elle s’est engagée pour les enfants DYS. Elle décline ses ouvrages dans deux formats différenciés : une version classique pour les bons lecteurs et adaptée pour les DYS afin que chaque élève puisse lire le même livre au sein d’une même classe.

Le plus pédagogique : des romans humoristiques avec des thématiques scientifiques (gravité, poussée d’Archimède, fuseaux horaires, etc.)

Je vous propose quelques photos de ses ouvrages que je vous invite à aller retrouver sur son site internet ! Vous y trouverez les livres à l’achat et pleins de conseils pour aider les DYS dans vos classes !

3 COMMENTAIRES

  1. bonsoir,
    j’ai bien lu l’article sur les troubles des dys et c avec plaisir que je vais acheter le livre pour ma fille qui est elle aussi dys
    J’ai également contacter l’auteur
    merci pour ton blog que je suis avec plaisir

    • Ma classe :: CM2

REPONDRE

Entrez votre commentaire !
Entrez votre nom ici